Ecce Homo Sternberk


La cinquième manche du championnat d’Europe avait lieu dans l’est de la République Tchèque, dans la petite ville de Sternberk. Sur un tracé rapide avec ses grandes courbes, une longueur de près de 8 kilomètres, et un public de connaisseur qui vient toujours en masse, cette course est une des plus mythiques d’Europe. Cette année encore, entre le championnat d’Europe, le championnat tchèque et le championnat autrichien, le plateau des engagés était fantastique.

Mais, pour la victoire finale, on se tournait vers un duel Christian Merli / Simone Faggioli. Et, dès les essais, Merli donne le ton en battant le record du tracé, lui qui a déjà battu plusieurs records cette année. Lors de la première montée de course, Merli confirme, et s’empare de la tête avec 3 secondes d’avance sur Faggioli. Mais, un orage éclate avant le début de la deuxième montée, et, au moment de s’élancer, Faggioli est le seul à prendre le pari de monter en pneu slick. Mais ce coup de poker ne va pas payer, la route étant encore très humide partout, et Merli s’impose donc. Plus grave pour Faggioli, le tchèque Vaclav Janik, qui roule à domicile en ayant son garage dans le parc de la course, réalise une excellente montée sous la pluie, à 2 secondes de Merli, et dépasse Faggioli pour gagner le groupe E2-SC, et prendre de précieux points à Faggioli au championnat. Cette grosse montée de Janik lui permet également de terminer premier tchèque devant Milos Benes, qui avait réalisé un très bon temps lors de la première montée sur le sec.
Autre performance à signaler dans le groupe E2-SC mais dans la classe 2 litres, les très bon temps réalisés par Petr Trnka, lui aussi à domicile, qui termine 8ème au général, mais qui a surtout améliorer son meilleur temps dans la catégorie de 9 secondes.

Au niveau du groupe E2-SH, le forfait de Dan Michl laissait un peu de marge à Vladimir Vitver pour la victoire. Mais il dut tout de même se méfier de Marek Rybnicek qui lui a mit la pression tout le weekend.
Dans le groupe E1, Karl Schagerl l’emporte comme prévu, surtout suite au forfait de Karl Werner, malgré des petits soucis lors de la première montée d’essai. Il devance la Mitsubishi Lancer WRC de Drahoslav Subert, qui était à la lutte avec Richard Meixner lors de la première manche, avance que le moteur de celui-ci ne s’arrête à un kilomètre de l’arrivée de la seconde manche.
Dans le groupe GT, il n’y aura pas eu match entre Pierre Courroye et Jan Millon : le français a prit un bel avantage dès la première montée, et l’a encore accru lors de la seconde montée sous la pluie. Quatrième victoire de groupe pour lui en 4 courses de championnat d’Europe
En groupe A, le leader invaincu du championnat d’Europe est tombé : c’est avec un retard de 4 secondes après la première montée que l’autrichien Roland Hartl s’est élancé sur la piste mouillée. Avec une belle attaque, il devance Lukas Vojacek de 7 secondes sur cette montée, et s’impose donc dans ce groupe.
Enfin, en véhicule historique, la victoire revient à Uberto Bonucci au volant d’une des magnifiques 4 Osella PA9 qui étaient présentes. Il devance la March d’Adam Klus et la non moins magnifique Chevron de Jaroslav Prasek. La première voiture de tourisme est la Porsche 935 du français Jean-Marie Alméras, auteur notamment d’une très belle montée sur le mouillé malgré la puissance de sa Porsche.

Un tracé magnifique, un plateau de qualité, un public nombreux, cette édition de la course de côte d’Ecce Homo à Sternberk était une fois de plus une réussite. Une course à aller voir au moins une fois.
En ce qui nous concerne, la prochaine course aura lieu dès le weekend prochain pour suivre la première manche du championnat suisse des courses de côte, du côté de Hemberg, avec un plateau là aussi somptueux.