European Hillrace Eschdorf


A l’occasion de la 30ème édition de la European Hill Race d’Eschdorf, les organisateurs ont pu compter sur une liste d'engagés impressionnante dans toutes les classes, qui annonçait une course passionnante sous un beau soleil.

Suite au forfait d’Eric Berguerand, la victoire finale avait de fortes chances de revenir à un prototype. Dès la première montée, le favori pour la victoire Sébastien Petit frappe un très gros coup : il s’empare de la première place, tout en battant le record du tracé détenu par Nicolas Schatz depuis les FIA Hillclimb Masters de 2014. Derrière lui, c’est un Patrik Zajelsnik très en forme qui s’empare de la seconde place, mais à une seconde de Petit. Marcel Steiner se glisse à la troisième place, juste devant le vainqueur sortant, Jelle De Coninck. Lors de la seconde montée, Zajelsnik améliore et réalise une excellent chrono en descendant sous les 49 secondes, mais reste à 6 dixièmes de Petit. Steiner améliore lui aussi, et devance désormais De Coninck de 3 dixièmes. Lors de la dernière manche, Petit et Zajelsnik n’améliore pas, mais De Coninck progresse de plus d’une seconde pour venir prendre la troisième place de Steiner, mais échouant à 2 dixième de Zajelsnik. Un beau podium international comprenant un français, un slovène et un belge.
Dans la classe des F3, Ludovic Cholley s’impose pour la 6ème fois avec plus d’une seconde d’avance sur Samy Guth. Dans la classe des formules de 2 litres, Anthony Loeuilleux s’impose avec près d’une seconde d’avance. Enfin, dans les prototypes de 2 litres, la bataille opposant Kévin Durot et Julien Français a repris, une semaine après Abreschviller. Dans la première montée, Durot prend les devant pour seulement 4 centièmes. Dans la seconde, Français améliore en premier pour prendre la tête. Durot améliore lui aussi, mais pas suffisamment, il rétrograde en seconde place pour 6 centièmes. Dans la dernière montée, Français améliore encore son temps. Durot en fait de même, mais pas suffisamment terminant second pour 3 dixièmes. Le podium de classe est complété par Corentin Starck, qui n’a malheureusement pas pu se mêler à la lutte pour la victoire suite à des ennuis mécaniques tout le weekend lui ayant empêcher notamment de prendre part à la première montée de course.

En voiture de tourisme, Ronnie Bratschi a frappé fort d’entrée en s’emparant de la première place avec près d’une seconde d’avance devant le duo de Porsche Nicolas Werver - Herbert Stolz, les 2 pilotes n’étant séparés que pas 4 centièmes. Lors de la seconde montée, Bratschi améliore encore d’une demie seconde, tandis que Werver n’améliore pas, et Stolz part en tête-à-queue. Enfin, lors de la montée, Bratschi part lui aussi à la faute, endommageant légèrement la Mitsubishi à l’avant. Werver part juste après lui, et part à la faute dans le même virage, endommageant l’avant et l’arrière de sa Porsche. Stolz, s’élançant après ces 2 pilotes, choisit de ne pas tout tenter, et réalise un temps à plus de 3 secondes de son meilleur temps. A noter que 2 autres pilotes terminent dans la même seconde que Werver et Stolz, Norbert Handa et sa Lancia Delta à un dixième, et Thomas Kessler, en proie à des problèmes mécaniques dès les essais et n’ayant réalisé qu’une seule montée, à 9 dixièmes.
Dans le groupe E2, Loic Hebinger réalise le meilleur temps de la première montée juste devant Ralf Kroll et Philippe Schmitter. Lors de la seconde montée, seul Schmitter améliore et s’empare de la première place. Lors de l’ultime ascension, Hebinger est le seul à améliorer, mais pas suffisamment pour s’imposer. Les 3 pilotes se tiennent en seulement 6 dixièmes.
Dans la classe 3 litres du groupe E1, Günter Göser s’empare du meilleurs temps de la première montée. Dans la seconde, Christophe Poinsignon améliore son temps et passe devant Göser pour 1 dixième, et s’impose au final car les 2 pilotes n’amélioreront plus leur temps lors de la dernière montée.
Grosse densité comme toujours dans la classe 2 litres de ce groupe E1, où Mario Minichberger, leader aux essais, réalise le meilleur temps lors de la première montée, mais à 8 dixièmes de son temps des essais. Il devance Egidio Pisano, qui l’avait emporté l’an dernier dans cette classe. Lors de la seconde montée, Dirk Preisser réalise un excellent temps après s’être un peu loupé lors de la première montée. Il s’empare de la tête devant Minichberger et Lars Heisel, qui réalise toujours de magnifiques passages à la limite. Lors de l’ultime montée, Minichberger améliore, mais pas suffisamment pour l’emporter (son temps des essais lui aurait donné la victoire). Preisser s’impose donc, devant Minichberger, Heisel et Pisano, ces 4 pilotes se tenant en 6 dixièmes. A noter la cinquième place de Chrisitan Auer, premier des pilotes possédant un moteur 8 soupapes, avec de très beaux passages à la limite également.
En classe 1.6 litres, Erwin Buck s’empare de la victoire pour 1 dixième devant Stefan Faulhaber, démontrant les progrès de sa Scirocco au cours de l’hiver avec un nouveau moteur et une boîte séquentielle à 6 rapports.