Preview European Hillrace Eschdorf


La European Hill Race d'Eschdorf est devenu au fil des années une course incontournable, de part un plateau d'engagés de qualité, un tracé agréable pour les pilotes et les spectateurs, et une qualité d'organisation remarquable. Situé à une trentaine de minute de Bastogne en Belgique, et à environ une heure de la ville de Metz en France et Trier en Allemagne, sa localisation est idéale. L'inscription de la course à la Bergcup allemande lui assure un plateau d'engagés en voiture de tourisme de qualité, mais bon nombre de pilotes étrangers font également le déplacement en venant de France, de Belgique, de Suisse ou même de Grande-Bretagne.

Cette année, pour la 30ème édition de la course, le plateau s'annonce somptueux à tous les étages. Pour la victoire finale tout d'abord, où le belge Jelle De Coninck remet son titre en jeu, toujours sa Norma M20 à moteur Honda turbo. Face à lui, le champion de France Sébastien Petit se mêlera à la lutte, tout comme le luxembourgeois Tommy Rollinger, qui sera de retour sur son Osella FA30. Le champion de Suisse 2018, Marcel Steiner, sera aussi de la partie avec sa LobArt Mugen, tout comme son poursuivant Eric Berguerand, toujours fidèle à sa Lola. Enfin, le slovène Patrick Zajelsnik sera à prendre également très au sérieux sur sa Norma Honda.
Au niveau des autres autos à suivre en voiture de compétition, on notera la présence de Cyrille Frantz sur une Osella PA 30 Cosworth qu'il a préparé cet hiver, le britannique Darren Warwick sur une F3 à moteur de supertourisme, le belge Jacques Marchal sur sa Norma BMW, le jeune suisse Robin Faustini sur sa nouvelle Reynard Mugen, le luxembourgeois Guy Demuth qui étrennera sa nouvelle Norma M20 à moteur Judd, les français Kevin Durot et Julien Français qui se bagarreront au volant de leur Norma Honda, ou bien encore l'autrichien Peter Amann sur son Osella PA2000.).
Du côté des voitures de tourisme, le plateau est lui aussi de qualité. Entre la surpuissante Opel Kadett d'Holger Hovemann, la présence de Philippe Schmitter sur sa toute nouvelle Renault RS01 ou bien la présence du recordman du tracé en voiture de tourisme, Herbert Stolz et sa Porsche 935, ou bien le double vainqueur de la coupe d’Europe des courses de côte, le suisse Ronnie Bratschi, qui revient avec une nouvelle Mitsubishi après sa grosse sortie de l’an dernier à Hemberg, le plateau est impressionnant. Mais il faudra également compter sur le français Nicolas Werver et sa Porsche 997 GT2, ainsi que du groupe des suisses emmenant par le champion 2018 en voiture de tourisme, Frédéric Neff sur une Porsche GT3-R, Romeo Nüssli sur sa Ford Escort ou bien encore Thomas Kessler sur sa Mitsubishi ou Norbert Handa et sa Lancia Delta. Mais il faudra aussi surveiller les luxembourgeois Cédric et Nico Schilling, Charel Valentiny, le belge Martin Bach sur une surpuissante Mitsubishi Lancer, son compatriote Loïc Cordier sur une Porsche Cup, les français Yannick et Christophe Poinsignon, respectivement sur une BMW M3 E92 et Simca CG, ainsi que des suisses René Ruch sur Ferrari F355 et Michel Zemp, très rapide sur sa Seat Leon.
Enfin, du côté de la Bergcup, en classe 2 litres et en l'absence des Wiebe qui préparent une nouvelle auto, la lutte s'annonce belle entre Canio Marchione qui partira avec la BMW ex-Weidinger, Egidio Pisano qui joue toujours la gagne depuis son changement de moteur de sa Golf, Patrick Orth toujours très spectaculaire sur sa BMW, Mario Minichberger qui pilotera la Scirocco de l'autrichien Tom Strasser, ou bien encore Hansi Eller et sa nouvelle Corrado. Mais il faudra se méfier de Christian Auer et sa BMW 2002, Lars Heisel et sa Kadett ou bien encore Michael Rauch sur une autre Kadett. En classe 1600, la victoire devrait se jouer en l'Opel Kadett de Stefan Faulhaber, la Citroën AX de Manfred Schulte ou l'Opel Corsa du belge Andy Heindrichs. En classe 1400, une autre belle bagarre s'annonce entre la Scirocco d'Armin Ebenhöh, la Scirocco de Franz Weißdorn ex-Marchione avec un nouveau moteur Hayabusa, ou bien encore les Polo de Frank Duscher ou bien encore Nils Abb.