Course de cote de Saint-Ursanne - les Rangiers


La 10ème manche du championnat d’Europe des courses de côte, ainsi que la 5ème manche du championnat de suisse, ont eu lieu ce weekend, dans le canton du Jura, dans la charmante petite commune de Saint-Ursanne. 185 pilotes avaient fait le déplacement, avec la présence de pilotes français, belges et luxembourgeois ne participant à aucun de ces championnats, afin de participer à cette course unique, avec une vitesse moyenne impressionnante (la vitesse moyenne du record du tracé est à plus de 180 km/h).

Aux essais, Christian Merli prend les devants quelques dixièmes devant Simone Faggioli, mais à plus d’une seconde du record du tracé. Pour une fois, le record n’a pas tremblé dès les essais. Lors de la première montée, Faggioli prend la tête avec plus d’une seconde d’avance, Merli devant monter sur une piste rendu glissante sur la moitié du tracé suite à la casse moteur de Frédéric Fleuri. Marcel Steiner prend la 3ème place, mais à 5 secondes de Faggioli. Ces conditions vont également pénaliser Fausto Bormolini et Diego Degasperi qui réaliseront une première manche plus lente de 2 secondes que leur seconde montée. Lors de la seconde montée, Faggioli et Merli améliorent, mais Faggioli réalise le meilleur temps de la journée, et remporte cette 75ème édition. Pour la 3ème place, Bormolini et Degasperi réalisent un meilleur temps que Steiner pour quelques dixièmes, mais c’est bien Steiner qui monte sur le podium, suite au moins bon temps de ses rivaux lors de la première montée.
Dans la lutte pour le titre de champion d’Europe, la mauvaise opération est faite par Andrea Bormolini : battu par l’italien Francesco Turatello, il laisse dans l’opération quelques points, lui qui a déjà utilisé son joker de la 2ème partie de saison lors de la course d’Ascoli.
Dans le groupe E2-SH, Reto Meisel domini les essais avec 2 secondes d’avance sur Vladimir Vitver. Mais malheureusement, le pilote suisse ne prend pas le départ de la première manche de course, laissant les commandes au tchèque. Mais, lors de la seconde montée, un problème moteur le fait monter au ralenti, perdant plus de 40 secondes. Au final, la victoire allait se jouer entre les Tracking. Joël Burgermeister prend le meilleur sur Jérémy Noirat dans la première montée, avec 8 dixièmes d’avance. Mais, dans la seconde, Burgermeister réalise un moins bon temps, de près de 3 secondes, et Noirat remporte donc au final le groupe.

En voiture de tourisme, la victoire allait se disputer entre 3 pilotes du groupe E1 : Reto Meisel effectuait son retour avec un air de revanche : absent à Hemberg, il a vu à distance Roger Schnellmann puis Ronnie Bratschi battre son record. Lors de la première montée, Schnellmann réalise le meilleur temps, devançant Meisel d’uniquement 8 centièmes. Les 2 pilotes ont d’ores et déjà battu le record de Meisel de 2016 de 3 dixièmes. Bratschi éprouve plus de difficultés sur ce tracé très technique : son style de pilotage très agressif l’éloigne un peu de la trajectoire idéale, et perd 8 dixièmes. Lors de la seconde montée, Meisel réalise une superbe ascension et améliore d’une seconde, pendant que Schnellmann n’améliore que 4 dixièmes, le faisant finir une nouvelle fois à une belle deuxième place pour quelques dixièmes. Bratschi quand à lui n’améliore pas, et se retrouve au final à 3 secondes de Meisel. Au niveau des bonnes performances de ce groupe, on peut noter la 5ème place de Simon Wüthrich qui confirme sa bonne performance de Hemberg, ainsi que la nouvelle victoire en classe 2 litres de Danny Krieg, qui devance Reto Steiner d’un petit peu plus d’une seconde. René Köchli s’impose dans la classe 3 litres, tandis que Martin Bürki a une nouvelle fois dérouler en classe 1.6 litres pour s’imposer avec 7 secondes d’avance, tandis que le pilote de Reitnau, Marc Buchser, s’impose en classe 1.4 litres.

Dans la classe 2 litres du groupe E1, Fabien Houlmann prend le meilleur départ devant ruedi Fuhrer, à plus d’une seconde. Mais, lors de la seconde manche, Houlmann se loupe, tandis que Fuhrer reste régulier. Il s’impose donc avec 3 dixièmes d’avance sur Houlmann.
Dans le groupe TCR, encore une excellente performance de Michel Zemp, qui se classe 5ème des voitures de tourisme.
Dans le groupe IS, nouvelle victoire de Frédéric Neff, qui s’impose haut la main. Il devance l’excellent Christoph Mattmüller, brilliant 2ème avec sa Scirocco 1,6 litres, et le vainqueur de la classe 2 litres, Patrick Vallat, qui s’impose dans sa classe avec une seconde d’avance sur la BMW WTCC de Manuel Santonastaso.

Le record de la course de côte de Saint-Ursanne est un des rares à ne pas être tombé cette année, résistant à Christian Merli, qui se consolera en se dirigeant tout doucement vers le titre de champion d’Europe suite à la 2ème place de groupe d’Andrea Bormolini.
En ce qui nous concerne, rendez-vous le weekend prochain à Oberhallau, pour la prochaine manche du championnat suisse des courses de côte et pour la Berg Cup, avec un plateau impressionnant.