Preview Ecce Homo


La 5ème manche du championnat d’Europe des courses de côte emmènera les pilotes sur un des plus beau tracé de celui-ci, à Sternberk en République Tchèque, pour la traditionnelle course de côte d’Ecce Homo. Avec son tracé de 7,8km, ses épingles et ses enchaînements ultra rapide, cette course est un véritable régal pour les pilotes. Sans le championnat autrichien cette année, l’épreuve fait tout de même le plein, avec 210 pilotes qui se sont inscrits.

Avec une météo qui n’annonce pas de pluie, la course devrait logiquement se jouer entre les 2 ténors italiens, Christian Merli et Simone Faggioli. Merli part avec l’avantage, lui qui est invaincu cette année en championnat d’Europe. Pour le podium, on retrouve les pilotes en forme du moment, comme Christoph Lampert qui reste sur un podium au Portugal, et une quatrième place à Fito, Guy Demuth ou bien encore Diego Degasperi. Attention également à Joël Volluz qui, contrairement à Falperra, connaît déjà le parcours pour avoir participer déjà 2 fois à Ecce Homo. Enfin, on retrouve les pilotes tchèques, avec Milos Benes en tête, mais également Vaclav Janik, brillant 3ème l’an dernier.

Dans le groupe E2SH, en l’absence de Reto Meisel (sortie à Fito) et de Vladimir Vitver, le tchèque Dan Michl sera favori, après une saison blanche en 2018 suite à une grosse sortie de piste. Mais d’autres candidats seront présents, comme Marek Rybnicek, qui a vendu sa Ford Fiesta au profit d’une McLaren F1 à moteur Turbo, le slovaque Igor Drotar, deuxième de l’ouverture de la coupe d’Europe devant les polonais, et sa très belle Skoda Fabia, ou bien encore les polonais Waldemar Kluza qui fini de peu 2ème de la manche d’ouverture du championnat polonais, et Sebastian Dubaj qui était en tête des essais lors de cette manche d’ouverture. A noter la présence de la légendaire Lancia Delta de Felix Pailler, qui sera présent alors qu’une manche du championnat d’Autriche aura lieu en même temps.
En groupe GT, le rallyeman Radoslav Nespor tentera de bien figurer au classement, même si sa voiture sera moins performante que les GT3 de Jan Millon et Martin Jerman.
Comme chaque année, la liste du championnat d’Europe historique est aussi superbe, avec, pour la victoire, les Osella PA/9 emmené par le redoutable Uberto Bonucci, qui se hisse généralement aux alentours de la 20ème place au scratch, Piero Lottini ou bien encore Walter Marelli, mais aussi la superbe March du tchèque Adam Klus, la Chevron de Jaroslav Prasek ou bien encore la Porsche du français Jean-Marie Almeras.

Cette nouvelle édition s’annonce une nouvelle fois superbe, avec un beau plateau une nouvelle fois remarquable, un des plus beaux tracés d’Europe, et des spectateurs présents tout au long de ce long tracé.